Une autre façon de penser pour construire un monde meilleur


Publié le 18.08.2016 | Par Daniel Robin, du collectif Vertical Project Média
 
Il ne suffit plus aujourd’hui de dire ce qui ne va pas dans le monde et de dénoncer les méfaits d’un système politico-économique à bout de souffle. Certes, informer nos contemporains sur les dysfonctionnements de ce système est une nécessité, mais il ne faut pas se limiter à cette activité, car nous avons des projets plus ambitieux à réaliser. Le médecin ne se contente pas de dire que vous êtes malade, il prescrit aussi un traitement pour vous guérir. Pour "guérir" le monde si je puis  dire, il importe avant-tout de changer notre façon de penser. C’est l’un des traitements que nous préconisons. Et pour commencer, il faut voir loin, c’est-à-dire construire une vision sur le long terme. Le concept de Projet Humain Global offre justement cette perspective ample et large qui fait cruellement défaut aux systèmes politiques actuels. Le Projet Humain Global replace l’homme dans un processus évolutif plus vaste, grandiose même, dont la finalité est d’instaurer la Noosphère sur la Terre.
 
1) Ce que n’est pas le Projet Humain Global.
 
Je souligne d’emblée que le Projet Humain Global n’a pas pour objectif de mettre en place une nouvelle doctrine économique ou de créer un nouveau système politique. Nous savons tous, désormais, ce que valent ces doctrines et ces systèmes politiques qui ne sont dans le fond que des idéologies (dans le sens de systèmes de croyances imposés d’autorité par un endoctrinement) qui ne servent que des intérêts particuliers, même si ces systèmes prétendent vouloir le bien des électeurs, des citoyens, du peuple, du prolétariat, etc. Nous savons maintenant que pour se faire élire, un homme politique serait prêt à "décrocher la Lune" pour nous. Comment pouvons-nous encore croire à leurs promesses ? Quel monde ont-ils façonné jusqu’à présent ? Ont-ils encore une quelconque utilité de nos jours ? Et si oui, peuvent-ils changer le cours des événements.
 
Que ce soit le capitalisme, le libéralisme ou le socialisme, et nous ne parlons même pas des systèmes totalitaires et des dictatures comme le nazisme et le communisme (Mao à lui tout seul a été le responsable de près 50 millions de morts), aucun de ces systèmes politiques n’a été en mesure, et ne sera jamais capable - à plus ou moins brève échéance - d’apporter les réponses adéquates aux questions cruciales qui préoccupent nos contemporains. Et nous nous apercevons que toutes ces questions peuvent se résumer en une seule : quel est l’avenir de notre civilisation ?

Quand je parle de civilisation, je n’ai pas seulement à l’esprit la civilisation occidentale (Amérique et Europe), mais bien cette civilisation planétaire qui n’en est encore qu’à ses balbutiements et qui est comme un vaste courant qui emporte avec lui tous les peuples de la Terre.
 
Force est de constater qu’aucune des idéologies que je viens d’énumérer n’est en mesure de résoudre les énormes difficultés qui vont se présenter à nous dans un futur proche.
 
Le Projet Humain Global n’est donc ni de gauche, ni de droite, ni du centre.
 
Le Projet Humain Global n’est ni un système politique, ni une doctrine philosophique.
 
Ce n’est ni une théorie économique nouvelle, ni une utopie futuriste, ni une croyance "new âge", ni une nouvelle religion, ni une spéculation intellectuelle.
 
Il se situe bien au-delà de toutes ces constructions intellectuelles humaines contingentes, aussi brillantes et sophistiquées fussent-elles.
 
2) Définition du Projet Humain Global.
 
Je définis le Projet Humain Global comme la mise en œuvre consciente de tout le potentiel humain, à la fois individuel et collectif, afin de réaliser un objectif évolutif d’envergure planétaire. C’est, j’en conviens, une première définition qui est très générale et qui nécessite bien évidemment de plus amples explications tant au niveau conceptuel que sur le plan pratique.
 
Par potentiel humain je ne considère pas seulement les capacités intellectuelles (le mental) de l’être humain, mais tout son "bagage" psycho-spirituel qui comporte selon moi trois aspects (niveaux ou degrés) fondamentaux : son corps physique, son âme (psychisme), et son Esprit (conscience).
 
Le Projet Humain Global est né dès que l’homme est apparu sur notre planète.
 
Il est le fil conducteur (le "fil d’Ariane") de l’histoire de l’Humanité, depuis la préhistoire jusqu’à nos jours. Il est "l’Attracteur" vers lequel se dirige l’évolution humaine et la mise en œuvre de tous les moyens dont nous disposons pour l’atteindre.
 
Il est le moyen, la voie, et le but.
 
Il est le "moteur" de notre marche ascensionnelle vers toujours plus de perfection spirituelle. Mais cette ascension n’est pas une ligne droite qui mène directement au but. C’est plutôt une route sinueuse, faite de courbes, de montées et de descentes, d’accélérations brutales et de piétinements. Comme sur toutes les routes, il y a des étapes et des cols qui marquent des changements de régions, de climats, et de paysages.
 
C’est exactement la même chose pour le Projet Humain Global : il y a des "hauts" et des "bas", des "montagnes" et des "plaines", des "déserts" et des "jungles", des "frontières" et des "passages" à haut risque.
 
Il se trouve justement que nous traversons aujourd’hui une zone de grande turbulence (vent, brouillard, neige, visibilité nulle), et que nous sommes en train de franchir un "col" particulièrement difficile. Le "paysage" se transforme rapidement et il va falloir nous adapter. C’est une question de survie pour l’humanité dans son ensemble.
 
3) Changer de priorités.
 
Nous devons donc réaliser, individuellement et collectivement, que les temps changent. Nos anciennes façons de nous comporter avec nos semblables sont devenues obsolètes et même dangereuses. Cessons d’être des prédateurs pour notre espèce.
 
Nos priorités doivent changer : dorénavant, il ne s’agit plus de faire de "bonnes affaires" en spéculant sur le cours des matières premières, des sources d’énergie, et des denrées alimentaires.
 
Il ne s’agit plus de s’enrichir et d’acquérir du pouvoir en laissant dans la misère une grande partie de l’Humanité.
Il ne s’agit plus, non plus, de piller la planète et de saccager nos précieuses ressources naturelles pour satisfaire nos lubies du moment, ni d’assouvir les appétits insatiables de quelques privilégiés.
 
Il ne s’agit plus d’amasser de l’argent et de bâtir des fortunes.
 
Il ne s’agit plus d’aliéner son prochain pour asseoir son pouvoir égoïste.
 
Il ne s’agit plus d’instaurer un Nouvel Ordre Mondial (NOM) destiné à asservir les peuples et à imposer une société totalitaire qui de toute façon serait vouée à une autodestruction certaine à plus ou moins brève échéance.
Le but de l’évolution de la vie sur notre planète est-il de créer des traders en costume trois pièce assis devant leurs écrans d’ordinateur et qui passent leur temps à acheter et vendre des produits financiers toxiques ?
 
La Terre a-t-elle patiemment forgée la faune et la flore pendant 4,5 milliards d’années pour aboutir, à la fin de ce long et complexe processus, à la domination d’un prédateur sans scrupule (exemples de prédateurs : le trader, le banquier d’affaires, le mafieux, le dictateur) prêt à sacrifier ses congénères pour satisfaire son appétit insatiable de l’argent et/ou du pouvoir ? Est-ce cela le sommet de la perfection sur Terre ?
 
Est-ce ce modèle que nous voulons suivre ?
 
Le Projet Humain Global n’est rien de tout ce que nous venons d’énumérer. Ce que nous pouvons dire en revanche, c’est que le Projet Humain Global concerne l’évolution de l’Humanité sur le long terme, et même sur le très long terme.
 
Le centre de gravité de son action est l’élévation des êtres humains vers des états d’être et de conscience supérieurs. Son but avoué est d’instaurer la Noosphère sur la Terre, c’est-à-dire une sphère de conscience et d’amour.

L'un des axes de la ligne éditoriale de Vertical-Project s’inspire de l’ouvrage "Civilisation Planétaire, le Projet Humain Global" dont vous trouverez les principaux thèmes exposés dans cet ouvrage.