Un nouveau patch pour contrôler le diabète sans injection

diabete sans injection

Publié le 12.07.2016

Des centaines de millions de personnes souffrent de diabète à travers le monde ainsi que des injections douloureuses d'insuline. Mais cela pourrait bientôt faire partie du passé après la nouvelle invention d’un chercheur de l'Université de Caroline du Nord et de NC State.

diabete sans injection

Cette incroyable équipe de chercheurs a créé un "patch d’insuline intelligent" qui détecte l'augmentation des niveaux de sucre dans le sang et sécrétant des doses d’insulines en fonction des besoins.
 
Le patch synthétique éliminerait la douleur des injections, mais le processus n’a été pour l’instant été testé que sur des souris.
 
Les cellules bêta se trouvent généralement dans le pancréas, où l'insuline est produite afin d’atténuer l'excès de sucre dans le sang après un repas. Les personnes atteintes de diabète ont endommagé les cellules bêta et ne sont pas capables de produire suffisamment d'insuline pour maintenir leurs niveaux de sucre dans le sang. C’est la raison pour laquelle ils ont besoin d'injections régulières d'insuline.

zhen Gu
Zhen Gu


Les chercheurs ont déja présenté l'idée l'année dernière, mais cette nouvelle version améliorée contient des cellules bêta réelles, en opposition à l'insuline synthétique. Grâce à ce nouveau processus, les cellules bêta n’ont aucune chance d'être rejetées par le système immunitaire.
 
« Nous avons conçu un patch pour le diabète qui fonctionne rapidement et facile à utiliser. Il est fabriqué à partir de matériaux biocompatibles et non toxiques », a expliqué Zhen Gu , Ph. D., professeur à l'UNC / NC Département... L’ensemble du système est personnalisable en tenant compte du poids d'un diabétique et de sa sensibilité à l’insuline, » a-t-il poursuivi.
 
L'équipe de chercheurs a également créé des "signaux déclenchants et amplificateurs" qui répondent à l’augmentation du niveau de sucre dans le sang et qui informent les cellules bêta de cet événement instantanément.
 
« Cette étude fournit une potentielle alternative au problème de greffes de cellules pancréatiques pour le diabète, » a dit Gu.
 
« La gestion du diabète est lourde pour les patients étant donné qu’ils doivent y penser 24/24 et 7/7, pour le reste de leur vie », a expliqué l’un des chercheurs, John Buse.