Un espoir de retrouver la vue pour des millions de gens

DLMA
Publié le 22.08.2016

Un nouveau film invisible fabriqué à partir de cellules de la cornée en bonne santé pourrait restaurer la vue de millions de personnes à travers le monde.
 
Les essais cliniques pourraient commencer dès l'année prochaine.

Des scientifiques australiens ont mis au point dans leurs laboratoires une technique de culture de cellules de la cornée sur une mince couche de film, pouvant ensuite être implantés dans l'œil afin de restaurer la vision perdue suite à des lésions cornéennes.
 
La méthode, qui a été testée avec succès sur les animaux, accroit le potentiel de chance d'augmenter considérablement l'accès aux greffes de cornée. Ce qui pourrait changer la vie d’environ 10 millions de personnes à travers le monde.
 
« Nous pensons que notre nouveau traitement offre de meilleurs résultats qu'une cornée greffée, et espérons, à terme, utiliser les propres cellules du patient, ce qui réduit le risque de rejet », explique le Dr Berkay Ozcelik qui a développé ce projet de film synthétique à l'Université de Melbourne.
 
« Le film d’hydrogel que nous avons développé nous permet d’augmenter, en laboratoire, la couche de cellules de la cornée », affirme Berkay dans un communiqué de presse. « Ensuite, on peut implanter ce film sur la surface intérieure de la cornée d'un patient, à l'intérieur de l'oeil, par l’intermédiaire d’une très petite incision ».

 
Le film d'hydrogel est plus mince qu'un cheveu humain à seulement 50 micromètres, et une fois que les cellules implantées ont restauré une eau saine circulant entre la cornée et l'intérieur de l'œil, le film commence à se dégrader, de disparaître en deux mois.
 
Alors qu’elle était auparavant opaque à cause de la maladie, la cornée redevient alors transparente.
 
La cornée est la partie antérieure et transparente du globe oculaire, en forme de calotte asphérique et légèrement saillante. Elle transmet la lumière au cristallin et à la rétine.

Berkay Ozcelik
Berkay Ozcelik

Il faut savoir que, par exemple, le vieillissement et les traumatismes peuvent mener à des lésions cornéennes, et donc une détérioration de la vue.
 
Les greffes de cornée sont actuellement le moyen le plus efficace de restaurer la vision perdue suite à des dommages de la cornée, mais il subsiste une importante pénurie chez les donneurs de cornée. Plus de 47.000 greffes de cornée ont eu lieu aux États-Unis en 2014, mais il demeure impossible pour l’instant de satisfaire la demande mondiale.
 
Actuellement, les risques de rejet de tissus provenant de donneurs de cornée incitent à l’ingestion de stéroïdes pour lutter contre les rejets, en plus d'autres complications.
 
« Le problème rencontré avec les tissus du donneur est que l'ensemble du processus de manipulation, de récolte des cellules des patients, de stockage et de transplantation peuvent avoir des effets néfastes sur les cellules elles-mêmes » explique Léa Surugue à l’International Business Times. « Il existe un risque potentiel de transmission de la maladie et de rejet de tissus… »

Le film invisible développé par l'équipe d’Ozcelik pourrait contourner ces problèmes. La technique, qui a été jusqu'à présent testée sur des moutons, consiste à prélever un échantillon de cellules de la cornée du sujet, puis de les cultiver sur le film synthétique, et de les greffer en plus grand nombre sur l'œil où les cellules régénérées rétablissent leurs fonctions respectives et ainsi maintenir une cornée saine et claire.
 
« Ces matériaux présentent une inflammation minimale, ne causent pas de problèmes indésirables à tous et peuvent provoquer la régénération des tissus, donc nous permettre d'utiliser cela pour diverses applications », a déclaré Ozcelik Cheryl Hall à l' ABC .
 
Mis à part la suppression des risques de transmission de la maladie ou le rejet des tissus qui viennent avec des greffes de cornée classiques, un autre avantage de l'implant de film pourrait être dans la culture de cellules de la cornée en bonne santé pour une utilisation dans plusieurs destinataires.


« L’autre avantage de notre technique [est] même si vous n'utilisez pas les propres cellules du patient, parce que nous pouvons régénérer et augmenter le nombre de cellules d'un donneur dans la culture, nous pourrions utiliser le matériel de la cornée d'un donneur pour peut - être, par exemple, 20 patients », a déclaré Ozcelik international Business Times .