Quand la CIA fournissait le Crack !

cia crack
Publié le 07.06.2016

Des ghettos américains jusqu’en Afghanistan, les drogues dures représentent un marché extrêmement lucratif de plusieurs milliards de dollars protégés par des intérêts puissants qui nécessitent un approvisionnement stable et sécurisé. Au point de se poser la question de savoir si les objectifs cachés de certaines guerres ne sont pas de restaurer les réseaux et routes contrôlés par la CIA à des niveaux historiques.

Ricky Donnell Ross, connu sous le surnom de « Freeway » et ancien trafiquant de drogue américain, a réalisé une interview en 2010 dans laquelle il déclarait comment la CIA s’y prenait pour renflouer les caisses du gouvernement grâce à la vente de stupéfiants.
 
Il a affirmé avoir été manipulé par le gouvernement américain pour introduire le crack dans le marché national. Il a été démontré que les profits tirés des activités de Ross avaient été blanchis par la CIA et servis pour financer l'administration du président Reagan.
 
Ricky Ross aurait été chargé d’inonder les rues californiennes avec les drogues dures au point de gagner jusqu’à 2 millions de dollars par jour. Aujourd’hui, il est devenu actif dans la prévention et la lutte contre la drogue.
 
Il a été établi que la CIA avait réalisé d’énormes profits via le trafic international de stupéfiants et notamment l’introduction du crack cocaïne dans les ghettos américains durant les années 80. Sans oublier l’ouverture des corridors entre le Nicaragua et les USA.

cia drogue

La filière afghane
 
L’opium, obtenu à partir du pavot pour fabriquer de l’héroïne, n’était quasiment pas présent en Afghanistan avant l’invasion américaine de 2001.

En 2006, le trafic de cette drogue dans ce pays avait augmenté de 3200%, fournissant 92% de la demande mondiale selon www.globalresearch.ca.
 
Kurt Nimmo déclare sur infowars.com que « Sous le gouvernement intérimaire de Hamid Karzai, le nombre de cultures de pavots a grimpé en flèche et les marchés d’opium ont été restaurés. D’après l’UNDCP (programme de contrôle des drogues des Nations unies), la culture d’opium a augmenté de 657% entre 2001 et 2002. »
 
Le New York Times a même rapporté que Karzai était suspecté d'être à l'origine de cette entreprise de trafic d’opium ainsi que rémunéré par la CIA pendant plusieurs années.