Projet de loi américain contre l’expérimentation animale

loi anti tests animaux
Publié le 24.06.2016

Chaque année, des millions d'animaux sont tués aux États-Unis dans le cadre d’essais et d’expériences en laboratoire. Une grande majorité d'entre eux sont des souris, des rats, des oiseaux et des poissons. Néanmoins le mardi 21 juin 2016, le président Obama a signé une révision de la TSCA (Toxic Substances Control Act), la loi sur les substances toxiques.


Les modifications comprennent la refonte de la réglementation gouvernementale sur les produits chimiques toxiques, engrangeant le mouvement vers la protection de la santé des citoyens américains, ainsi que la protection des terres, de l'eau, des substances nocives...
 
L’autre aspect concerne également un décret explicite du Congrès afin de réduire au minimum les expérimentations animales et ainsi inciter au développement et à l'utilisation de méthodes et stratégies alternatives.
 
Le projet de loi relatif à l'expérimentation animale résulte d’une dure bataille qui permettra d'accélérer le mouvement contre les tests de produits chimiques sur les animaux, les pesticides, les biocides, les produits cosmétiques, ainsi que toutes les substances potentiellement dangereuses.
 
Le projet de loi permet à l'Agence de protection de l'environnement (EPA), par ordre du Congrès, d’adopter la science du 21ème siècle et ainsi s’éloigner de ces pratiques désuètes et souvent coûteuses en temps et non prédictif des risques sur les humains.
L'EPA a déjà beaucoup milité pour cette cause. Ils travaillent également à présent sur le remplacement de l'expérimentation animale dans le cadre d’un programme de dépistage du système endocrinien.
 
Interdire l’expérimentation animale fut un long combat, dont notamment l'Union européenne qui a déjà interdit l’expérimentation animale dans le domaine des tests de produits cosmétiques en 2013. L’Inde a sauté sur le train en marche l'année suivante et l’Australie devrait bientôt aussi suivre. 
Wayne Pacelle, président de la Humane Society américaine, a déclaré avant que le projet de loi soit signé à quel point les réformes seraient en faveur des animaux :
 
« Ce projet de loi va considérablement améliorer la protection des personnes, mais il permettra aussi de sauver des centaines de milliers d'animaux exposés à des produits chimiques agressifs... En réduisant au minimum l'expérimentation animale et en se concentrant sur l'utilisation d’autres méthodes d'essai efficaces et plus fiables, les entreprises privées et le gouvernement fédéral peuvent sauver des vies, gagner le temps et de l'argent. »

SourcesHSI ; Clearlyveg

Antidote Europe, comité scientifique pour une science responsable défend une recherche biomédicale sans recours à l’expérimentation animale permettrait de trouver des solutions thérapeutiques pertinentes pour les humains, permettrait une évaluation fiable de la toxicité des substances chimiques.


Ces caricatures peuvent bien évidemment paraitre terrifiantes, mais constituent malheureusement une triste réalité pour des centaines de millions d'animaux chaque jour.