L'intelligence secrète des plantes

colonisation spatiale
Publié le 18.06.2016

À l’heure où la conscience et l’intelligence animale ne sont plus à démontrer, l'idée que les plantes puissent être assimilées de la sorte reste encore largement bafouée par une majorité de scientifiques, malgré l'émergence de recherches qui suggèrent le contraire. La croyance populaire et matérialiste prétend que "l’intelligence" et le "cerveau" sont inextricablement liés et que les deux doivent indéniablement coexister.


Dans le cadre de la définition du cerveau, nous nous focalisons trop largement sur les examens médicaux, comme par exemple ceux pratiqués sur le crâne, et pas assez sur les aspects invisibles, tels que la manière dont il fonctionne.
 
Stefano Mancuso, neurobiologiste et co-auteur de l'ouvrage "Brilliant Green" avec le journaliste Alessandro Viola, a déclaré :
 
« La conception que nous avons de l'intelligence – qui serait le produit du cerveau de la même façon que l'urine est le produit des reins – est une énorme simplification. Un cerveau, sans le corps, produit autant d'intelligence qu'une noix. »
 
Il ajoute :
 
« L'intelligence est la capacité à résoudre des problèmes et les plantes sont incroyablement bonnes en résolution de problèmes ».

Lorsque nous analysons plus profondément les caractéristiques des plantes, alors on commence à découvrir des mécanismes remarquables. Elles communiquent chimiquement d'une manière que nous n’arrivons pas déchiffrer directement.
 
Par exemple, pour se reproduire, beaucoup de plantes ont mis au point des méthodes complexes pour attirer les insectes ou oiseaux pollinisateurs. Elles se parent de couleurs, de senteurs, produisent des substances sucrées... Et enfin, pour se protéger contre les herbivores, les plantes disposent d'une incroyable variété de mécanismes de défense.
 
Les végétaux semblent donc aussi disposer de sens correspondant aux nôtres, dont la capacité à mesurer l'humidité, à réagir à la pesanteur et à sentir les champs électromagnétiques.


Où se localiserait donc leur cerveau ?
 
Darwin soutenait l’idée que le cerveau des plantes de situait dans leurs racines. Cette hypothèse a été approfondie par Mancuso qui a enregistré dans les radicules (les extrémités des racines) les mêmes signaux que ceux émis par les neurones de cerveaux animaux. Il compare ce système à Internet : la plante s'étend sur un réseau de millions de petites racines et, même si on lui arrache 90% de ce réseau, elle peut survivre et continuer à fonctionner.
 
Les plantes semblent donc posséder les mêmes sens que les humains.
 
Ce que nous savons d’autre est que les plantes produisent des neurotransmetteurs tels que la dopamine, la sérotonine et d’autres produits chimiques permettant d’envoyer et recevoir des signaux électriques. D’autre aspects demeurent encore mystérieux au point que certains scientifiques continuent de s’atteler à des recherches minutieuses sur ce passionnant sujet.