Comment les autorités et industries du lait nous dupent-elles ?

dangers lait
Publié le 30.05.2016

Suite à des alertes déjà persistances sur les dangers du lait, de récentes recherches démontrent à quel point cet aliment peut constituer une réelle menace pour notre organisme (diverses intolérances, maladies chroniques…). Il continue néanmoins à être glorifié sous différentes formes et sous l’impulsion du puissant lobby laitier. Quelles sont les récentes études les plus alarmantes sur le sujet ? Que disent-elles ?

lait danger

Chacun se souvient sans doute, lorsqu’il était enfant, avoir entendu l’un de ses parents lui demander de "boire du lait pour grandir et être fort !"
 
Mis à part le fait que nous n’avons théoriquement pas besoin de nous alimenter en lait de vache, nous savons tous qu’aucun animal ne boit le lait d'une autre espèce ; nous n'en avons normalement plus besoin après avoir été sevrés par notre génitrice à la naissance.
 
Toute la stratégie marketing réalisée autour de ce produit repose sur le pseudo-recouvrement des besoins en calcium, qui demeure bien évidemment un gigantesque mensonge.


Publicité mensongère
 
Il existe certains légumes qui contiennent plus de calcium que le lait, par exemple le brocoli, le chou frisé, le cresson ainsi que les noix et les graines.
 
Le lait est fortement mis en avant à travers de nombreuses publicités, comme par exemple l’affiche ci-dessous :

publicité lait

« Super. Voilà les effets que peuvent avoir le lait sur vous. Le calcium aide les os à devenir fort, même si vous n'êtes pas de Krypton, vous pouvez avoir des os d'acier. »

Ils présentent le lait comme étant indispensables à la santé des gens.

Néanmoins, la vidéo suivante créée par Vox dénonce les aberrations autour de ce produit :


Menaces sanitaires
 
Il faut savoir que le lait pasteurisé conventionnel est mauvais pour notre santé et que les bovins exploités pour le fabriquer sont remplis d'hormones et d'antibiotiques. Des analyses ont même démontré la présence de sang, de pus et de matières fécales dans le lait de vache industriel.
 
Si le processus de pasteurisation est appliqué, alors toutes les enzymes bénéfiques et initialement présentes dans le lait sont détruites.
 
Sans oublier le fait que ces vaches laitières sont pratiquement maintenues enceintes jusqu'à leur retraite, et cela sans malheureusement qu’elles n’aient l'occasion de nourrir leurs veaux.

mamelles purulentes

Une importante étude publiée dans la revue médicale britannique "The BMJ", en date du 29 octobre 2014 et réalisée par des chercheurs de l'Université d'Uppsala en Suède, en a déduit les résultats suivant :
 
L’étude se base sur l'analyse de deux groupes de femmes questionnées sur leurs habitudes alimentaires et de vie dans le cadre d'une campagne de dépistage du cancer du sein. La première concernait 60.000 femmes de 39 à 74 ans, l'autre cohorte concernait un groupe de 45.000 hommes de 45 à 79 ans.
 
Les quantités de lait bu quotidiennement ont été quantifiées : soit entre moins d'un verre, soit entre un et deux verres, soit entre deux et trois verres, soit plus de trois verres. Les quantités de lait fermenté, comme le yaourt et le fromage, ont également été prises en compte.
 
Résultats :
 
Les femmes qui consomment trois verres ou plus de lait par jour rencontrent un risque relatif de décès "de 90% plus élevé" et un risque de fracture de la hanche "de 60% plus élevé" par rapport à celles qui boivent moins d'un verre par jour.
 
Les chercheurs de l'université d'Uppsala, en Suède, qui signent ces travaux admettent que leurs résultats pourraient "remettre en cause la validité des recommandations à consommer du lait pour prévenir les fractures liées à l'ostéoporose".
 
Il s’agit juste d’un exemple, mais d’innombrables autres études révèlent ce même risque.
 
Les Américains consomment aujourd'hui, en moyenne, 37% moins de lait qu'en 1970, selon les données de l'USDA ", a déclaré Nil Zacharias, co-fondateur de One Green Planet. Mais la consommation de lait aux États-Unis n'a cessé de diminuer de 25% par habitant depuis le milieu des années 1970.
 
D’autre part, les ventes de lait végétal sont en hausse de 30% depuis 2011, ce qui représente une catégorie de 2 milliards de dollars. La croissance devrait se poursuivre en dépassant les ventes de produits laitiers dès 2018.


Lanceurs d’alertes
 
On ne peut dissocier les sujets relatifs aux dangers du lait de Robert Cohen, surnommé aux États Unis, "l'homme anti-lait ". Il a écrit "MILK, The deadly poison" ("Le lait, poison mortel"), qui a fait grand bruit aux USA mais pas encore traduit en français.
 
Voici un des passages de l’ouvrage
 :
 
« Toutes les personnes dans le monde qui souffrent de toutes sortes de troubles de santé sans être conscientes de l'origine alimentaire de leurs maux découvriront-elles que la fontaine de jouvence, pour elles, leurs enfants et les générations futures, pourrait provenir du simple fait d'éliminer le lait de leur vie ! »
 
Il faut savoir que dès 1994, année où l'hormone de croissance obtenue par génie génétique fut autorisée pour stimuler la production des vaches laitières, une véritable épidémie de cancers lymphatiques a frappé les USA. Ce type de cancer, rare jusqu'alors, tue plus que les cancers du sein, de la prostate, du pancréas et des organes génitaux réunis. Les citoyens américains sont devenus, sans le savoir, des cobayes qui absorbent de l'hormone de croissance à travers les produits laitiers qu'ils consomment.
 
On a pu aussi lire dans le New England Journal of Medicine, de juillet 1992 : « Des études ont suggéré que les protéines du lait pourraient jouer un rôle dans l'apparition du diabète chez l'homme. Les patients diabétiques insulino-dépendants produisent des anticorps contre les protéines du lait qui participent au dysfonctionnement des îlots de Langerhans, dans le pancréas, centre de fabrication de l'insuline. Il s'agit d'une réaction auto-immune ».

danger lait

Attention à la Caséine !
 
Comme le rapporte Alternative Santé, près de 80 % des protéines du lait et du fromage contiennent de la caséine qui est utilisée en tant que colle sur les bouteilles par exemple.
 
De nombreux chercheurs pensent que la caséine est la principale substance responsable des inflammations articulaires observées dans les arthrites rhumatoïdes.
 
Comme la caséine est une protéine étrangère, le corps crée des anticorps pour la neutraliser, produisant une réaction antigène/anticorps qui fait sécréter de l'histamine et engendre une intense production de mucus, voire de pus, et surtout d'inflammations (sinusites otites, bronchites…).


Constat et alternatives
 
Il est bien évidemment impensable que les autorités décident du jour au lendemain de dénoncer les dangers du lait et de retirer tous ces produits du marché.
 
Imaginez seulement l’ampleur des dégâts sociaux si l’ensemble des employés de l’industrie laitière se retrouvait au chômage ?
 
Il s’agit d’un gigantesque terreau d'emplois soutenu par des lobbys extrêmement puissants !
 
Il demeure crucial de prendre conscience de ces différentes études qui ont confirmé ce que des citoyens lambda savaient déjà à propos des dangers du lait.
 
Beaucoup ont remarqué de nettes améliorations de leur condition physique suite à l’arrêt de la consommation de lait, qui non seulement ne vous apporte aucun bénéfice, mais susceptible de vous rendre en plus malade.
 
Il est préconisé de consommer du calcium végétal et biologique, c’est-à-dire sous forme de légumes riches en calcium et sans pesticides.

La Food and Drug Administration est une autorité américaine chargée d’autoriser ou non la commercialisation des denrées alimentaires et des médicaments sur le territoire des États-Unis.

En 1994, la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé l'utilisation d'hormone de croissance bovine génétiquement modifiée (rBGH) et développée par Monsanto (également fabriquant de la graine de soja génétiquement modifié). Monsanto a influencé les lois sur la sécurité des produits américains pour permettre la vente de lait rBGH non tracé. Ce produit est injecté chez les vaches afin qu’elles produisent jusqu'à 20% de lait en plus. Elle stimule également le foie des vaches pour augmenter les niveaux d'IGF-1 dans leur lait, et impossible à détruite grâce à la pasteurisation. L'IGF-1 serait responsable de cancers du sein et de la prostate notamment.

francais boude lait
Les Français boudent le lait
En 2015, un Français buvait en moyenne 51 litres de lait, soit 23 litres de moins qu'il y a vingt ans. Le lait souffre aussi d'une mauvaise image depuis plusieurs années. Les problèmes d'allergies ou d'intolérance ont également augmenté.