CIA et preuves probantes sur la vision à distance

CIA preuves probantes vision à distance
Publié le 14.07.2016

Depuis des milliers d’années, l’homme a toujours été fasciné par le "surnaturel" et les capacités extrasensorielles que possédaient certains êtres humains. Des études ont démontré, en s’appuyant sur des résultats statistiques significatifs, que ces phénomènes étaient bien réels et avec des implications considérables. Le projet Stargate, mis en place par l’armée, est le nom de code de l'un des sous-projets du gouvernement fédéral des États-Unis. Il a investigué sur la réalité et les implications potentielles des phénomènes psychiques, plus particulièrement la vision à distance.


Rappelons que le Remote Viewing, ou vision à distance, est une perception extrasensorielle d’un lieu situé à distance.

Le projet Stargate a été actif de 1970 à 1995 et les expérimentations à l'Institut de recherche de Stanford (SRI) dans les années 80 ont débuté avec le sujet Pat Price, un ancien préfet de police extrêmement doué d’une extrême précision dans ses descriptions.
 
En 1995, le projet a été transféré à la CIA et une analyse des résultats a été réalisée. Ils ont contacté l'American Institutes for Research pour une évaluation, mais le projet fut fermé par l’agence de renseignement le 30 juin.
 
Le programme a duré en somme plus de deux décennies et les résultats ont été déclassifiés après que le programme ait été stoppé.

Notre monde renferme de nombreux secrets dont certains financés grâce à des budgets noirs. À noter que le gouvernement des États-Unis classe jusqu'à cinq cents millions de pages de documents chaque année.
 
Les sujets devaient être capables de décrire une situation géographique à distance allant jusqu'à plusieurs centaines de milliers de kilomètres (parfois même plus) depuis leur emplacement physique.
 
« Les méthodes et protocoles testés dans les laboratoires indépendants au sujet de la vision à distance ont mis en lumières des preuves scientifiques considérables concernant la réalité de la vision à distance. D’autre part, il en a découlé qu'un nombre croissant d'individus pouvait être localisé grâce à cette technique... » (Source : irva.org)
 
Par exemple, dix sessions à grande distance furent accomplies entre deux chercheurs : Elmar Gruber, l’émetteur, se trouvait à Rome, alors que Marilyn Schlitz, le récepteur, résidait à Detroit, aux USA, une distance de 7000 km. Les résultats furent très probants (p<10-5) (Schl&Gru 80).
 
Une autre expérimentation a fait intervenir non seulement de grandes distances, mais aussi une barrière physique très importante : l’océan, qui, comme on le sait, bloque la plupart des ondes électromagnétiques (Voir Forum : Radio mentale). Dans cette expérience mise au point par Stephan Schwartz, les deux sujets psi se trouvaient dans un sous-marin, dans les eaux profondes du Pacifique, et l’émetteur quelque part dans la baie de San Francisco. Or cela n’empêcha pas l’ESP de fonctionner parfaitement : les 2 sessions furent des succès, et chaque sujet décrivit sa cible avec une grande justesse.
 
Globalement, si l’on prend les 28 expérimentations de vision-à- distance faites jusqu’en 1984 dans divers laboratoires, on s’aperçoit que plus de la moitié d’entre elles (en fait, 15 sur 28) montrent des résultats significatifs.

Les raisons de la mise en place de ce projet par la CIA résultent de leurs préoccupations au sujet des Soviétiques qui usaient déjà de ce type de méthodes grâce à des sujets psi.
 
Pour en savoir plus sur ce programme, référez- ous aux documents suivants : 

Des expériences extraordinaires
 
« La CIA a commencé à étudier secrètement les phénomènes paranormaux dès 1972. Durant les vingt-trois années suivantes, l’armée et les services de renseignement des États- Unis ont participé activement à la recherche paranormale, dont particulièrement la vision à distance. L’objectif était de collecter des renseignements militaires ainsi que sur les organismes gouvernementaux en général. » (Source : rviewer.com)
 
Un bombardier russe s’était écrasé en Afrique et de nombreux services de renseignement recherchaient l’avion pendant un an sans résultat. Grâce aux techniques de vision à distance, les Américains ont pu le retrouver en une journée, avec une localisation à 400 mètres près, dans la jungle du Zaïre. Jimmy Carter a même déclaré à un journaliste au sujet de cette affaire : « Nous avons employé nos médiums ».
 
Selon Carter, « L’Expérienceuse est rentrée en transe et donnée des chiffres sur la latitude et la longitude. Nous nous sommes ensuite contrés sur nos caméras satellites ». (Source : http://edition.cnn.com/US/Newsbriefs/9509/9-21/am/index.html)
 
Selon Paul H. Smith, PhD, l'un des participants au projet Stargate nous offre plus de détails de son livre :
 
« En mars 1979, l’Air Force a enrôlé une jeune femme connue sous le nom de Rosemary Smith à qui il a été remis une carte du continent africain en lui demandant de retrouver un bombardier soviétique Tu-22... Les États-Unis voulaient désespérément récupérer les équipements de cet avion. Grâce à ses compétences sur la vision à distance, elle a réussi à identifier l'épave...» (Source p. 31 : guidetoremoteviewing.com)
 
Ingo Swann aurait été pendant dix ans le formateur des voyants de la CIA et des services de renseignements de la Défense américaine. Il a entraîné, dans le cadre du projet StarGate, des équipes militaires à « voir » à distance des installations soviétiques et des organisations terroristes. En 1975, il est contacté par une organisation ultra clandestine pour réaliser la vision à distance sur la Lune. Il y voit des structures artificielles qu’il du mal à expliquer et qui ne sont manifestement pas humaines.
 
Ingo Swann a essayé de comprendre ce qui lui était arrivé. Selon lui, la Lune est un astre beaucoup moins mort qu’on voudrait nous le faire croire et la conquête lunaire a été arrêtée avec Apollo 17 car « On » nous a fait savoir que nous n’y étions pas bienvenus…
 
« Swann a réalisé une expérience de vision à distance sur la planète Jupiter. Il découvrit un anneau autour de Jupiter et se demanda s’il avait vu Saturne à distance. Nos collègues astronomes ont été très impressionnés jusqu'à ce que l’expérience ait révélé qu'un anneau existait effectivement. »  (Source : researchgate.net)
 
Il faut savoir que les "projets noirs" échappent généralement au contrôle des membres du Congrès américain.
 
Un rapport du Sénat américain en date de 1997 les décrit comme « tellement sensibles qu'ils demeurent exemptés d’une obligation de déclaration au Congrès. ».
 
Il est dommage que ces facultés extrasensorielles soient utilisées au service du complexe militaro-industriel. Pourquoi ne pas les enseigner au public qui le souhaite ?
 
Publications sur la vision à distance : DEANRADIN
 
 
Sources :
 
CIA-Initié Programme de visualisation à distance au Stanford Research Institute
 
Le guide essentiel pour la visualisation à distance . Paul H. Smith, PhD, Major, US Army, Ret.
 
21st Century Intelligence -De passé Pour High-Tech Horizons,  Le Intelligencer, Revue d'études américaines de renseignement,  Volume 12, numéro 1, été 2001.
 
Remote Viewing Precognitive In The Chicago Areal Une réplication de l'expérience de Stanford
 
INREES