Alternatives médicinales au business des chimiothérapies ?

Publié le 23.06.2016

De nombreux aliments, herbes et autres plantes se sont avérées être, en laboratoire, remarquablement efficaces pour détruire les cellules cancéreuses. L'exemple le plus connu demeure celui du cannabis dont les principes actifs tels que les cannabinoïdes seraient capables d’anéantir les cancers de toutes sortes. 


La problématique résidait dans le fait de distinguer les effets en fonction des différentes souches ainsi que de la qualité du cannabis et des modes d’interactions en fonction des personnes.
 
L'artémisinine chinoise, pourtant peu connue, constitue un autre exemple de succès.
 
Selon des études publiées dans "Life Sciences", "Cancer Letters" et "Anticancer Drugs", ce dérivé de l'armoise, couramment utilisé en médecine chinoise, est capable de tuer les cellules cancéreuses tout en maintenant les cellules saines.
 
Une autre plante, utilisée en médecine par les civilisations anciennes, se révèle aujourd’hui être tout aussi efficace. Appelé Noni, il est dérivé d'un petit arbre à feuilles qui pousse dans les îles du Pacifique, en Asie du Sud- Est, en Australie ainsi qu’en Inde parmi les coulées de lave. Il a été étudié du fait de ses nombreux bienfaits pour la santé.
 
D’autre part, il faut savoir qu’une récente étude publiée dans "Molecular and Cellular Biochemistry" démontre que cette nourriture, consommée comme légume (Noni Leaves), se révélerait être un bon traitement pour la prévention et la guérison du cancer des poumons.


Selon l'étude, un extrait de Noni pourrait être plus efficace que l'Erlotinib, le médicament de chimiothérapie habituellement utilisé pour guérir le cancer du poumon métastasé. Les tests concluants ont été réalisés sur des animaux malades.
 
Les chercheurs soulignent également à quel point la chimiothérapie et/ou la radiothérapie conventionnelle échouent dans le cadre du cancer du poumon qui reste le plus meurtrier de tous les cancers avec environ 1,4 million de décès chaque année.
 
Une étude a révélé que les extraits de la feuille de Noni avaient la capacité d’inhiber la prolifération et l'apoptose induite dans les cellules A549 ainsi que les cellules de carcinome présentes dans les poumons des souris. On note un arrêt des cycles cellulaires cancéreux à des phases G0/G1.
 
Les résultats très encourageants suggèrent que de nouvelles recherches et essais cliniques humains soient menés. Les améliorations produites par les feuilles de Noni sont conformes à ce que les chercheurs attendent généralement d'un bon médicament de chimiothérapie.
 
Alors pourquoi ce type de médicament ne représente qu’une "alternative". C’est un mystère ! En fait, 25% des ingrédients actifs présents dans les médicaments anticancéreux ne se trouvent qu’en Amazonie, mais seulement 10% des plantes d'Amazonie ont été étudiés pour leurs propriétés médicinales.

Le Cancer est une grande entreprise
 
« Nous possédons une industrie de plusieurs milliards de dollars qui tue des gens juste pour le gain financier. Leurs recherches consistent à savoir si deux doses de tel poison sont plus bénéfiques que trois doses d’un autre poison. » Glen Warner, MD oncologue
 
Malheureusement, le cancer représente un gigantesque marché pour les compagnies pharmaceutiques. Ceci est loin d’être une théorie du complot. Il faut savoir que beaucoup d'experts dans ce domaine se prononcent contre l'industrie du cancer. Linus Pauling, par exemple, un gagnant à deux reprises du prix Nobel a révélé au monde que la plupart des recherches sur le cancer constituaient en grande partie une fraude.
 
Arnold Seymour Relman (1923-2014), professeur de médecine à l'Université de Harvard et ancien rédacteur en chef du "New England Medical Journal", a déclaré que « la profession médicale est achetée par l'industrie pharmaceutique, non seulement en ce qui concerne la pratique de la médecine mais aussi en termes d'enseignement et de recherche. Les institutions universitaires de ce pays sont des agents payés par l'industrie pharmaceutique. »
 
Sayer Ji de Greenmedinfo résume bien la situation :
 
« Les implications de cette recherche sont vraiment profondes. Erlotinib (Tarceva nom commercial) peut coûter plus de 7700 $ par mois (150 mg par jour), en fonction de la dose de médicaments utilisés.
 
Lorsque vous comparez le prix des extraits de feuilles de Noni à celui des chimiothérapies, alors vous vous rendez compte à quel point notre échelle de valeurs est faussée.
 
Comment une chimiothérapie, avec des effets secondaires mortels et susceptibles de ruiner une famille, peut être offerte comme unique alternative aux malades du cancer ? »



Le Dr. Linus Pauling, gagnant deux fois du prix Nobel de chimie, a affirmé il y a longtemps que « tout le monde devrait savoir que la plupart des recherches sur le cancer sont en grande partie une fraude. »
 
Il existe de nombreux exemples de fraude autour du cancer. L’une d'elles résulte de la Fondation "Leukemia" basée à Brooklyn et consacrée aux enfants atteints par la maladie. Elle a récemment été fermée après avoir, durant de nombreuses années, recueilli des millions de dollars par le biais de collectes de fonds gérées par des professionnels. Ils avaient affirmé que les fonds seraient utilisés dans le cadre de recherches sur le cancer et aider à localiser des donneurs de moelle osseuse. Malheureusement, moins de 1% de ces millions de dollars de dons ont été consacrés aux patients atteints de leucémie.
 
Cela ne veut pas dire que tous les organismes de bienfaisance autour du cancer sont frauduleux ou que les efforts pour recueillir des fonds pour la recherche sur le cancer sont inutiles. Mais après des décennies de recherche et relativement peu de succès, ne serait-il pas grand temps de changer de stratégies de prévention du cancer ?